LES AMIS DE LA CROIX GLORIEUSE 
App. 1-7 App. 8-14 App. 15-16 App. 17 App. 18-22 App. 23-28 App. 29-34 App. 35-44 App. 45-49

LE MESSAGE DU CHRIST
Suite du Message

Jésus de Nazareth parle aux Nations

17ème APPARITION

Vendredi 31 mai 1974 de 9 h 45 à 10 h 05

Madeleine n'attendait pas la visite de Jésus puisque ce n'était pas le premier vendredi du mois. Mais tous les matins, elle va à la chapelle rendre visite à Jésus, après avoir conduit les enfants à l'école.

Peu avant de communier, soeur B. vient chercher le prêtre pour un malade. Il ne pense pas être longtemps absent.

Tout à coup le halo de Lumière apparaît à l'endroit du tabernacle. Il était plus large et paraissait moins haut que les fois précédentes et il semblait attendre quelqu'un.

Madeleine dit à soeur B., qu'elle est allée chercher :

"Il y a quelqu'un mais ce n'est pas Jésus", en voyant apparaître quelqu'un, "c'est quelqu'un que je ne connais pas".

Madeleine ajoute :
"Je me sentais bien dans la chapelle alors que les fois précédentes, j'étais totalement absorbée par la vision du Christ, insensible à tout ce qui m'entourait..."

"Ce personnage inconnu tenait une sorte de bannière, en haut une petite croix ; celle-ci ainsi que la hampe étaient du même ton et brillaient comme de l'or. En dessous de la croix, une oriflamme en tissu semble-t-il, comporte trois mots dont j'ai cru apercevoir le premier et le dernier : "QUIS... DEUS". La hampe se terminait à son extrémité inférieure par une pointe en forme de lance ou de pique. Le personnage paraissait frisé, les cheveux courts, ressemblant à un soldat. Sa tunique était courte, sa main droite tenait le milieu de la hampe, une sorte de sangle serrait ses mollets."

Je lui ai demandé :

"Qui êtes-vous ?

"Je vous salue." Et il m'a saluée de la tête.

"Je suis Michel l'Archange,
c'est Dieu qui m'envoie.
Vous verrez les Mystères du Rédempteur
et vous répéterez chaque phrase
l'une après l'autre à mesure
que je vous les dicterai."

Madeleine lui a répondu :

"Si c'est Dieu qui vous envoie, je vous obéirai."

L'Archange était toujours là quand il lui a dit :

"Per Mysterium Sanctae Incarnationis Tuae."

Et il a disparu. Madeleine dit :

"J'ai vu quelqu'un habillé tout en blanc, à genoux. J'ai pensé que c'était un ange. Il regardait une jeune fille belle, avec un fichu sur la tête. A la vue de l'ange, elle a salué, et elle est restée la tête inclinée, elle a posé l'une après l'autre les mains sur la poitrine de la même façon que le Seigneur me l'a appris. J'ai remarqué particulièrement ce même geste qui m'a impressionnée. Quelques secondes après, tout a disparu."

Puis je revois l'Archange qui me dit :

"Per Nativitatem Tuam."

L'Archange disparaît.

Madeleine voit alors un bébé dans un berceau en osier ou sur de la paille en forme de berceau; beaucoup de gens autour, en robe longue, semblent Le regarder et L'admirer... puis tout disparaît.

Elle revoit 1'Archange au même endroit, mais pense d'ailleurs qu'il est toujours là (mais il disparaît à ses yeux, à cause de l'importance du tableau vivant qui lui est présenté.)

Il lui dit avant de disparaître :

"Per Baptismum et Sanctum Jejunium Tuum."

Jésus est accompagné d'un homme grand, cependant moins grand que Jésus. Il est revêtu d'une sorte de cape ou de fourrure à poils courts. Je vois de l'eau couler comme une rivière. Cet homme tient par un manche une écuelle, il prend de l'eau dans la rivière et en verse sur la tête de Jésus ; après quelques secondes : Jésus gravit un sentier montant, et, arrivé en haut, Il s'y assoit. Il croise les mains, lève les yeux au ciel comme pour prier puis tout disparaît.

Elle revoit l'Archange qui dit :

"Per Crucem et Passionem Tuam."

puis disparaît.

Jésus porte sur l'épaule droite, péniblernent, une croix très lourde, en marchant au milieu d'un sentier. De chaque côté du sentier une foule de gens paraît rire. Quelques-uns lèvent la main comme pour lui jeter quelque chose.

Jésus n'est pas tombé malgré le poids de Sa Croix. J'en ai été surprise ; à plusieurs reprises, j'ai cru qu'Il allait s'affaisser sur la chaussée, pauvre Jésus. Puis l'image a disparu.

L'Archange se montre à nouveau et dit :

"Per Mortem et Sepulturam Tuam."

avant de disparaître.

Madeleine voit Jésus sur la Croix, paraissant mort, la tête penchée en avant, le torse nu, une large plaie au côté droit, et sous la plaie un filet de sang coagulé, je crois. Trois personnes se tiennent au pied de la Croix, une de chaque côté, debout, et regardant avec tristesse le visage de Jésus.

Celle du milieu est à genoux et enserre de ses deux mains le pied de la Croix, semblant vouloir baiser les pieds de Jésus, posés sur un support de bois.

Les larmes de Madeleine coulent.

Madeleine revoit l'Archange qui dit :

"Per Sanctam Resurrectionem Tuam."

A cet instant, Madeleine revoit Jésus vivant, une joie s'empare d'elle. Il lui apparaît comme la toute première fois, le soir du 27 décembre 1972, souriant, les mains tendues vers elle comme pour l'accueillir et Il lui dit :

"Je suis Jésus de Nazareth, le Fils de l'Homme Ressuscité (et Il ajoute) d'entre les morts."

"Regardez Mes Plaies."

De sa main droite, Il a dégagé le côté droit de sa robe bien qu'elle soit sans ouverture.

Madeleine a vu alors une large plaie qui n'avait pas de sang. Sur le revers de Sa main droite, elle a aperçu un petit trou. Sa main gauche tendue vers elle avait également un trou dans la paume, sur chacun de Ses pieds un trou également.

Ensuite, Il lui a dit :

"Approchez et touchez Mon Côté."

Madeleine s'est levée, a avancé la main droite et de l'index et du majeur a touché le rebord de Sa Plaie qui paraissait profonde.

Elle était tout émue et elle a dit :

"Seigneur, vous avez tant souffert pour nous."

Elle était triste à la pensée que Jésus avait tant souffert pour le monde, le péché du monde, l'ingratitude du monde, pour nous tous, pauvres pécheurs.

Elle s'est remise à genoux et Jésus a repris sa position habituelle (les mains tendues vers elle). Sa robe avait repris sa forme normale et Il lui a dit :

"Dites ceci à haute voix" (Jésus lui dictait chaque phrase lentement qu'elle répétait.)

"Jésus demande d'annoncer au monde entier la prière qu'Il vous a enseignée. Il demande que la Croix Glorieuse et le Sanctuaire soient élevés pour la fin de la Sainte-Année."

(Il y a une Sainte-Année tous les vingt-cinq ans, et 1975 est une Sainte-Année.)

"Car elle sera l'ultime Sainte-Année. Que chaque année y soit célébrée une fête solennelle - jour où Madeleine a vu la Croix pour la première fois. Tous ceux qui, pleins de confiance, seront venus s'y repentir, seront sauvés en cette vie et pour l'éternité. Satan n'aura plus de pouvoir sur eux."

Quelques instants après et d'une voix très grave :

"En vérité, Je vous le dis, Mon Père M'a envoyé pour vous sauver et vous donner la Paix et la Joie. Sachez que Je suis Amour et Compassion."

Puis Il ajoute :

"Ceci est la fin de Mon Message."

Jésus était toujours là quand l'Archange sans se montrer a dit à Madeleine les paroles suivantes que Madeleine a répétées :

"Per Admirabilem Ascensionem Tuam."

A ce moment-là, Jésus a levé Sa main droite sur Madeleine et lui a dit :

"Que la Paix reste avec vous et avec tous ceux qui vous approchent."

Jésus a baissé la main. Madeleine L'a vu monter tout doucement et légèrement, puis disparaître.

Madeleine revoit à nouveau l'Archange qui lui dit :

"Per Adventum Spiritus Sancti Paracliti."

Il reste et dit :

"Jésus vient de vous quitter. Son Message est terminé, mais vous Le reverrez."

Et Il ajoute (Madeleine a répété tout haut ) :

"Per cujus imperti Nomen est in aeternum, ab omni malo libera nos Domine."

L'Archange lui dit, sans préciser de le répéter :

"Cela veut dire : Par Celui dont le Nom a un Règne Éternel, de tout mal délivre-nous, Seigneur."

L'Archange dit :

"Dites ceci à haute voix :

Dieu reproche aux prêtres leur lenteur dans l'accomplissement de leur tâche et leur incrédulité. Dieu leur a demandé d'annoncer au monde les merveilles de Celui qui a appelé Madeleine des ténèbres à Son admirable Lumière, car la Croix Glorieuse embellira la ville de Dozulé. Ils ne l'ont point fait. Ceci est la cause du manque d'eau dans ce bassin. Une grande calamité de sécheresse s'abattra sur le monde entier. Que les prêtres lisent attentivement le Message et respectent scrupuleusement ce qui leur a été demandé."

"Demandez à la personne présente qu'elle vous donne un cierge", (à soeur B.).

Lorsque Madeleine eut le cierge en main, l'Archange a dit :

"Déposez-le allumé à l'endroit où le Christ vient de vous quitter. Que tous ceux qui viendront dans cette chapelle vous imitent."

Un instant après :

"Vous avez toute la journée pour le dire au prêtre et aux personnes qui désirent vous entendre, vous vous en souviendrez, elles seront surprises de votre mémoire. Que le prêtre trouve une personne, qui lui relise trois fois le Message et qu'elle le répète : elle n'en sera pas capable."

L'Archange regardait Madeleine et poursuit :

"Ecrivez ce que je vais vous dire en rentrant chez vous. Vous remettrez cet écrit au prêtre quand il vous aura dit : "J'ai rendez-vous à l'Évéché, la semaine du Sacré-Coeur."

Faites une neuvaine que vous commencerez le jour du Sacré-Coeur. Cette neuvaine se compose d'un mystère par jour, les mystères qui vous ont été enseignés. Ensuite allez voir l'Évêque. Vous lui direz que c'est Dieu qui vous envoie. Donnez-lui le Message complet, qu'il en prenne connaissance. Les portes s'ouvriront, le coeur de l'Évêque fondra."

Madeleine a donc gardé précieusement cet écrit en attente.

Le mercredi 12 juin, le prêtre est venu lui dire : "J'ai rendez-vous à l'Évéché la semaine prochaine."

Elle lui a dit :

"C'est la semaine du Sacré-Coeur."

Le prêtre : "Je n'en sais rien."

Madeleine : "J'en suis certaine."

Et elle lui a remis son écrit à l'instant même, ce "mot" que lui avait dit d'écrire l'Archange.

Elle se sentait poussée à aller voir l'Évêque et c'était bien la semaine du Sacré-Coeur. Ils ont fait une neuvaine tous ensemble à partir du jour de la fête du Sacré-Coeur.

Madeleine voulait se rendre auprès de l'Évêque.

"Mais on ne va pas voir l'Évêque comme ça, je dois prendre un rendez-vous" lui a dit le prêtre "il faut obéir".

Madeleine écrit :

"On doit toujours obéir, j'avais pourtant envie de désobéir, car je sais que c'est Dieu qui m'avait donné cet élan. Un élan inexplicable me donnait la force d'y aller. Ma déception était si grande."

Madeleine en a pleuré, certaine que l'Évêque l'aurait reçue. Pour faire plaisir aux hommes, elle a désobéi à Dieu.

"Je crois que Dieu me le reproche", dit Madeleine.

Elle n'avait aucun moyen de locomotion, qu'un vélomoteur, et l'Évéché est assez éloigné.

Elle y alla 3 mois plus tard "Il n'y avait plus l'élan, la grâce était passée" dira-t-elle plus tard.

- Traduction du latin :

- "Par le Mystère de Ta Sainte Incarnation."
- "Par Ta Nativité."
- "Par Ton Baptême et Ton Saint Jeûne."
- "Par Ta Croix et Ta Passion."
- "Par Ta Mort et Ta Sépulture."
- "Par Ta Sainte Résurrection."
- "Par Ton admirable Ascension."
- "Par la venue de l'Esprit-Saint le Paraclet."
- "Par Celui dont le Nom a un Règne Éternel,
de tout mal, délivre-nous Seigneur."
     Le Reposoir Le Reposoir

La Haute Butte

de Dozulé

Le premier vendredi du mois de juin 1974,
Jésus n'a pas paru.

PAGE PRÉCÉDENTE   PAGE SUIVANTE
App. 1-7 App. 8-14 App. 15-16 App. 17 App. 18-22 App. 23-28 App. 29-34 App. 35-44 App. 45-49

"LES AMIS DE LA CROIX GLORIEUSE" 
FRIENDS OF THE GLORIOUS CROSS
171, rue de l'Université - 75007 PARIS / FRANCE
Permanence : Mardi au Vendredi de 14h à 17h
Tél. : 33 (0)1 47 53 06 23